Skip to content

Quand le collectif se met au service des comportements individuels

Véronique B. / Marque, Communication & Publicité 

Vu rue de Paradis

A Paris, la Mairie a décidé de faire de la rue de Paradis (10ème arrondissement) la première rue zéro déchet de France. Pour réussir son pari, elle a imaginé des rencontres et des ateliers animés par des associations comme Zéro Waste, des entrepreneurs et des agents de la Mairie qui, tout au long de l’année, favoriseront l’adoption de nouveaux comportements de consommation fondés sur le tri des déchets, l’anti-gaspillage et le réemploi d’objets usagés. Des solutions correspondant aux freins et besoins identifiés seront ensuite proposées. Un défi qui s’inscrit dans le cadre du Plan Climat et s’adresse aux 6 000 habitants de la rue ainsi qu’à ses passants et commerçants. En une semaine, 9 tonnes de déchets sont produites dans cette artère…

Qu’en penser ?

Alors que chacun prend chaque jour un peu plus conscience du poids des déchets dans ses habitudes et son environnement, l’expérience menée par la Mairie de Paris ouvre une voie inédite pour favoriser la diffusion de nouveaux comportements. Sa singularité tient à ce qu’elle ne s’adresse pas à une population en particulier, mais à une rue dans son ensemble, manière de signifier que l’enjeu environnemental n’est pas tant un changement de comportement individuel qu’un changement collectif où les gestes des uns viennent en complément de ceux des autres. Elle tient aussi à ce qu’en limitant son champs d’intervention à une seule rue, elle fait de son objectif (zéro déchet), un challenge pour l’ensemble de ses acteurs (habitants, commerçants, usagers des bureaux et des écoles), ce qui contribuera à favoriser chez eux l’échange de bonnes pratiques, certes, mais aussi l’émergence d’un sentiment d’appartenance né de la dimension exemplaire de l’expérience. Habituellement pensées comme des incitations à l’adoption de nouveaux comportements individuels, les campagnes en faveur du climat ne devraient-elles pas plutôt être présentées comme un bénéfice communautaire dont ressortiront renforcés à la fois le lien social et la fierté d’appartenance ?


En bref

La start-up Tellement Là propose un service d’assistance funéraire virtuel via une application et un monument funéraire connecté en réalité augmentée qui déclenche une animation hommage du défunt lorsqu’on le scanne avec son téléphone.


En bref

Ce printemps, Carrefour a prévu d’ouvrir un magasin-test entièrement automatisé, sans queue et avec un paiement automatique par reconnaissance faciale. Ce magasin, situé au siège de Massy, sera uniquement accessible aux salariés.

Guillaume B. / Ressources Humaines


En bref

Depuis peu, les Parisiens peuvent se rendre avenue de Clichy (17e arrondissement) pour récupérer leurs commandes faites sur le site de Leclerc. C’est le premier « drive piéton » parisien de l’enseigne baptisé « E. Leclerc Relais ».


Le mot du mois

JOMO : Joy of Missing Out, soit la joie de passer à côté de quelque chose. Un contrepied au FOMO (Fear of Missing Out), la peur de manquer quelque chose, qui conduit à ne plus jamais prendre de temps pour soi et à se contraindre à faire des choses avec les autres au lieu de rester chez soi. Ne pas se forcer, lâcher les réseaux sociaux et ne rien faire, sont les trois principales voies à prendre pour éprouver le JOMO…


Les collaborateurs de BNP Paribas Personal Finance participent au repérage des micro-faits de l’Oeil de L’Observatoire Cetelem.
signifie que le fait ou la brève a été repéré par l’un d’entre-eux.

Sharing is caring!